LE GORGONZOLA

Humble et savoureux, rustique et élégant, authentique et polyvalent : ce fromage persillé exceptionnellement doux et crémeux est à l’image de la cuisine italienne. Au coeur de la Lombardie et du Piémont, hauts lieux des traditions gastronomiques transalpines, le Consortium pour la Protection du Fromage Gorgonzola veille à ce que ce joyau du terroir soit produit et commercialisé dans les règles de l’art.

L’invention du Gorgonzola remonte au Moyen-Age, en Lombardie. A l’automne, quand les troupeaux descendaient des pâturages alpins pour rejoindre les riches prairies de la plaine du Pô, les vaches épuisées avaient besoin de repos après plusieurs journées de marche. Dans le village de Gorgonzola, aux portes de Milan, ce stationnement forcé poussa les éleveurs à fabriquer un fromage appelé Stracchino di Gorgonzola – stracco signifie « fatigué » en lombard. Au fil du temps, son nom se transforma plus simplement en « Gorgonzola ».

Seules deux régions en Italie produisent l’authentique Gorgonzola : la Lombardie, où la générosité de la cuisine répond à la richesse du patrimoine, et le Piémont, terre bénie de l’art du bien-manger. 3000 exploitations agricoles en produisent. La fabrication du Gorgonzola est en effet strictement contrôlée puisqu’il bénéficie de l’Appellation d’origine protégée (AOP) depuis 1996. Les feuilles d’aluminium qui enveloppent les meules de 13 kg chacune, sont d’ailleurs marquées du symbole «g» en relief, marque du Consortium pour la Protection du Fromage Gorgonzola auxquelles sont rattachées une quarantaine d’entreprise qui produisent annuellement (2012) quelques 4,1 millions de meules de fromage, soit plus de 500 000 tonnes. Car dans l’autre patrie du fromage, on ne plaisante pas avec la tipicità, cette aura magique que les terroirs confèrent à la nourriture.

Les secrets du (buon) gusto

 

Le Gorgonzola est confectionné à partir de lait de vache entier et pasteurisé. Avant d’être chauffé à un peu plus de 30°C, celui-ci est additionné de ferments lactiques, de présure et de Penicillium glaucum. Ce champignon microscopique de la famille de la pénicilline est en effet à l’origine des savoureuses marbrures du fromage transalpin. Pour le « Dolce » Gorgonzola, l’affinage en cave dure deux mois alors que pour le Gorgonzola piquant, il dure entre deux et trois mois, durant lesquels les meules sont régulièrement percées avec de grandes aiguilles pour assurer un développement harmonieux du persillage.

Sur les étals…

 

Le Gorgonzola s’achète à la coupe ou pré-emballé chez les fromagers et les traiteurs italiens, ou encore au rayon «produits laitiers» du supermarché. Il se conserve au frais, enveloppé dans du papier d’aluminium ou du film étirable, après avoir été débarrassé de sa croûte pour neutraliser l’ardeur de son parfum. Sorti du réfrigérateur une demi-heure avant la dégustation, il exprime toute sa saveur et son onctuosité. Le Gorgonzola aime les vins moelleux mais aussi les rieslings, les pinots blancs, les merlots et les vins nouveaux. La palme de l’originalité revient toutefois à l’association... avec une bière blonde !

Le Gorgonzola en cuisine

 

Le Gorgonzola est à l’aise salé... fondu sur de la polenta chaude ou dans un risotto, chauffé avec de la crème liquide pour napper des pâtes ou des gnocchis, réparti comme garniture sur une tarte salée aux légumes, détaillé en fines tranches sur un velouté de potiron, écrasé dans une vinaigrette pour réveiller une salade, glissé dans un hamburger maison... Le Gorgonzola transforme le repas le plus simple en festin à l’italienne !

Sur les plateaux de fromages, il est traditionnellement accompagné par un assortiment de miel, noix et fruits de saison (poires, pommes, pêches, figues, raisins...) qui révèlent sa personnalité tout en prolongeant sa douceur. Il se savoure volontiers sur un pain de campagne, un pain aux fruits séchés ou même un pain d’épices.

Découvertes

La coutellerie

Production

A lire