SANTÉ

Nutrition et santé, quelles vérités sur le lait ?

Les fabricants de laits de consommation proposent une grande diversité de produits pour répondre à la demande des consommateurs.  En moyenne, le linéaire développé du lait en hypers et supermarchés se situe aux alentours de 40 mètres et réunit plus de 75 références différentes. Les compositions spécifiques : laits aromatisés, infantiles, à teneur réduite en lactose, enrichis aux omégas 3, vitaminés, etc. nous accompagnent aux différentes périodes de notre vie et répondent ainsi aux besoins spécifiques de chacun.

 

 

De nombreuses questions se posent sur le lait. Nous avons demandé au Dr Laurence Plumey, Médecin nutritionniste à l'hôpital Necker à Paris, de nous éclairer sur certaines d’entre elles…

Boisson nutritive par excellence, le lait peut-il nourrir l’Homme à tous les âges ?

 

Le lait doit tout d’abord être considéré comme une boisson car il contient environ 90% d’eau. Il contribue à ce titre à couvrir notre besoin en hydratation, équivalent à un minimum d’1,5 litre d’eau par jour. On peut aussi parler de boisson « nutritive » car il est riche d’éléments nutritionnels utiles à la croissance et au développement tout au long de la vie. Plus généralement, le lait est une boisson précieuse à tous les âges : chez l’enfant et l’adolescent pour la croissance et la solidité osseuse ; chez l’adulte pour contribuer à maintenir le capital calcique ; chez les seniors et personnes âgées pour contribuer, avec les autres produits laitiers, à mieux lutter contre l’ostéoporose et la dénutrition. Le lait se prête à tous les modes de consommation et peut être aussi bien bu, que dégusté dans de nombreuses recettes !

Le lait apporte-il un grand nombre de protéines différentes ?

 

Il contient des protéines variées (lactalbumines, lactoglobulines, caséines), de très bonne valeur nutritionnelle (riches en acides aminés essentiels), très digestes, contribuant à la bonne absorption intestinale du calcium, et en quantités importantes (3,2%) : un bol de lait (250 ml) apporte 8 g de protéines soit 10 à 15% des besoins journaliers. Une valeur ajoutée particulièrement utile en période de croissance et chez les personnes âgées à risque de dénutrition. Par ailleurs, sa richesse en protéines rapidement utilisées par les muscles (protéines du lactosérum) et en protéines plus lentes (caséine) en fait une boisson idéale pour les sportifs en période de récupération après l’effort, en plus de sa contribution à une bonne hydratation. Il contient également du lactose, principal glucide du lait, nécessaire au nourrisson pour son développement neuro sensoriel et à l’adulte pour son apport d’énergie. Il contribue également à la bonne absorption intestinale du calcium. Le lait en contient 5% et à ce titre, un bol de lait (250 ml) en apporte 12 g, digéré par la lactase humaine située dans les cellules de la muqueuse intestinale.

Quant aux lipides, ils sont en quantités variables : allant de moins de 0,5% (lait écrémé), à 1,5% (lait demi-écrémé) et 3,5% (lait entier), le lait peut s’adapter à tous les contextes et besoins. Le lait demi-écrémé est le plus consommé en France : un bol apporte moins de 4 g de lipides, soit moins de 5% des apports lipidiques recommandés dans la journée. Ces lipides sont en majorité sous une forme saturée (environ 70%) mais également mono insaturée (environ 30%). En faibles quantités dans le lait demi-écrémé, ils sont par ailleurs digestes car homogénéisés. Pour vous donner un exemple, un bol de lait demi-écrémé apporte 8 g de protéines, 10 à 12 g de lactose, un peu moins de 4 g de lipides et entre 110 et 120 Kcal.

 

Qu’en est-il au niveau du calcium ? Le lait peut-il apporter une quantité importante de calcium et nous aider ainsi à lutter contre des problèmes tels que l’osthéoporose ?

 

Indépendamment du niveau d’écrémage, le lait contient autour de 120 mg/100g de calcium. Un bol de lait en apporte donc près de 300 mg soit 37,5% de l’Apport Journalier si l’on considère qu’il est recommandé d’en absorber 800 mg/jour. Environ 30 % du calcium du lait est absorbé au niveau intestinal en raison de sa cohabitation, au sein du lait, avec les protéines et le lactose, voire la vitamine D, pour le lait entier. En outre, le rapport Calcium/Phosphore du lait est proche de 2, situation idéale pour une bonne fixation sur la trame protéiques des os. La consommation de lait comme de produits laitiers, à raison de 3 portions par jour, contribue efficacement à couvrir 70 à 80% des besoins en calcium.

Il est aussi un apport très intéressant de certains oligoéléments et de vitamines puisqu’un bol de lait couvre 19% de l’AJR en iode, 7% de l’AJR en zinc (antioxydant), environ 28% de l’AJR en vitamine B2, 20% en vitamine B12 et 3 à 7% en vitamines B1, B6 et B9.

On reproche au lait des phénomènes d’allergie, de difficultés de digestion... Qu’en pensez-vous ?

 

L’allergie aux protéines de lait de vache apparaît très rarement chez l’adulte et concerne environ 0,1 à 7,5 % des enfants, selon les études. Elle est responsable de 13% des allergies alimentaires des enfants. Elle arrive en 4ème position des allergies alimentaires chez l’enfant derrière l’oeuf, l’arachide et le poisson. Elle suppose une suppression totale des produits laitiers et l’usage de laits totalement hydrolysés. Elle disparaît le plus souvent avant l’âge de 3 ans. On entend parfois dire autour de soi que des personnes digèrent mal le lait et ont donc arrêté d’en consommer. Ce problème de maldigestion du lait est en fait largement surestimé. Il s’agit la plupart du temps d’un effet psychologique d’une part et d’une confusion sur les origines du problème digestif d’autre part. Si la difficulté à digérer le lactose existe réellement chez certaines personnes, elles ne seraient pas plus de 10% à ressentir des troubles digestifs en consommant 12g de lactose, soit l’équivalent d’un bol de lait. Et ceci ne doit pas, pour autant, décourager ces personnes de boire du lait car il existe des solutions simples pour y remédier. Il faut  éviter de boire le lait à jeun et rapidement. Ce dernier est mieux toléré dans le cadre d’un repas. Il est préférable de fractionner sa consommation de lait dans la journée. Et dans le cas d’un réel problème il suffit de consommer du lait délactosé. En somme, le lait peut légitimement nous accompagner tout au long de la vie.

Découvertes

La coutellerie

Production

A lire